Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet

Accord décisif sur réforme de la #formationinitiale des enseignants : adoption du texte en 1ère lecture #FWB et lan… https://t.co/d5W9TklHLs

Economie sociale

En 2008, la Wallonie était la première région d’Europe à adopter une législation générique, sous forme de décret, sur l’économie sociale. Par son action, elle permet d’amplifier la performance du modèle de développement socio-économique de l’ensemble de la Wallonie et vise l’intérêt de la collectivité, le renforcement de la cohésion sociale et le développement durable.

Pourquoi développer

l’économie sociale ?

Ce décret la  définit comme suit :

« Par économie sociale, on entend les activités économiques productrices de biens ou de services, exercées par des sociétés, principalement coopératives et/ou à finalité sociale, des associations, des mutuelles ou des fondations, dont l’éthique se traduit par l’ensemble des principes suivants :

  1. finalité de service à la collectivité ou aux membres, plutôt que finalité de profit;
  2. autonomie de gestion;
  3. processus de décision démocratique;
  4. primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus.
Pourquoi développer l’économie sociale?

Pour trois raisons majeures :

  1. Parce que cette manière de produire de la richesse parvient à mobiliser des ressources que les autres formes d’entreprenariat ne touchent pas, ou peu.

Par exemple, les Entreprises de Travail Adapté offrent des emplois à des travailleurs présentant un handicap et mobilisent des compétences que la plupart des autres entreprises ne parviennent pas à intégrer. Les Coopératives, constituées par des particuliers, réussissent quant à elles à  rassembler des sommes importantes de capitaux que d’autres formes d’entreprises n’auraient pu collecter, et surtout, qui ne servaient « à rien ».

  1. Les entreprises d’économie sociale assurent une plus grande redistribution des richesses produites

Comme toute entreprise, celles qui s’inscrivent dans les critères de l’économie sociale doivent générer du bénéfice et donc être rentables. Ces dernières privilégieront l’affectation des bénéfices au développement de l’entreprise, soit via la constitution de réserve, soit pour investir, soit pour améliorer les conditions de travail et la rémunération des travailleurs, soit encore en soutenant des projets clairement sociaux, dans le domaine de l’accueil de l’enfance par exemple.

  1. Leur gouvernance est basée sur un fonctionnement participatif ou démocratique

Leur fonctionnement est axé sur la prise en compte de l’ensemble des personnes concernées par le projet. Les travailleurs, les coopérateurs sont véritablement impliqués dans l’entreprise, ce qui renforce sa structure interne et sa notoriété.

Soutien des pouvoirs publics

Des aides sont prévues pour soutenir les entreprises qui s’engagent à embaucher de manière privilégiée des travailleurs exclus du marché de l’emploi, mais qui, une fois dans un cadre adapté, révèlent leur potentiel. De même, des mesures de soutien aux services de proximité ou à la réutilisation des déchets sont également prévues. Surtout, des outils de soutien, d’appui et de conseil sont mis à disposition des porteurs de projet.

Les Agences Conseil en Economie Sociale accompagnent des personnes ou des entreprises souhaitant développer un projet s’inscrivant dans les critères de l’économie sociale ; et la SOWECSOM, outil financier, a pour mission spécifique de participer au capital (ou de faire des prêts) des entreprises d’économie sociale.

C’est d’ailleurs la SOWECSOM qui a été chargée de mettre en œuvre la mesure BRASERO, qui vise à soutenir particulièrement le développement des coopératives.

Close