Menu

Les dernières Actualités
Communiqué de presse

La Recherche au cœur de la politique industrielle wallonne

Plus de 50 millions pour booster les projets de recherche d’entreprises

La recherche joue un rôle fondamental au sein de notre société : outre le fait de permettre le développement des connaissances, elle génère, sur le plan socio-économique, l’innovation et donc, in fine, la création de valeur ajoutée et d’emplois. C’est dans cette perspective que les pouvoirs publics investissent, chaque année des moyens importants  dans la politique de la recherche. La Wallonie  soutient ainsi la recherche fondamentale à travers notamment l’accord de coopération avec la FWB relatif au financement du FNRS et la recherche industrielle à travers différents programmes et incitants accessibles aux universités, centres de recherche et entreprises, les pôles de compétitivité étant l’élément le plus structurant.

A l’aube de cette nouvelle législature 2014-2019, le Gouvernement wallon a souhaité mettre au cœur de son action le soutien à la recherche en Wallonie, politique essentielle au développement de la société, à la ré-industrialisation  et à la prospérité de notre région.

Cette réforme se fonde actuellement sur 3 axes : la réforme du Décret Recherche, l’élaboration d’une stratégie de recherche pluriannuelle et la réforme de l’octroi des incitants financiers. Les maîtres mots sont : simplifier, collaborer, concentrer et valoriser.

Le Gouvernement wallon a ainsi adopté ce jeudi 11 décembre 2014 le projet de Décret Recherche en 1èrelecture. Le texte permet, outre la mise en conformité avec l’encadrement européen de la recherche et des aides d’état, l’introduction de dispositions relatives permettant le financement des infrastructures liées aux projets de recherche et le regroupement sur base volontaire des centres de recherche.

Cette étape est nécessaire pour mettre en œuvre les évolutions de l’organisation et du financement de la recherche afin d’amplifier les résultats en terme de croissance des entreprises par l’innovation et la création d’emplois.

Simplifier

Le paysage de la recherche est complexe. En effet, il existe une dizaine d’appels à projets régionaux (ayant eux-mêmes parfois une dizaine de déclinaisons), plusieurs dizaines d’appels à projets internationaux, des aides au « guichet » de la DGO6 ou encore, des partenariats d’innovation technologique.

Un effort particulier sera dès lors fait pour améliorer la lisibilité de la stratégie de recherche, faiblesse de la stratégie actuelle soulignée par l’OCDE, autour d’axes structurants intégrant notamment la stratégie de spécialisation intelligente prônée par l’Europe.

Dans cette nouvelle configuration, chaque acteur devrait se concentrer sur sa raison d’être :

·      les universités s’occupent de la recherche en amont

·      Les centres de recherche s’occupent de la recherche plus en aval

Il sera néanmoins toujours possible d’obtenir une aide au guichet. En effet, une subvention pour un projet de recherche industrielle et une avance récupérable pour un projet de développement expérimental sont tout à fait compatibles.

En synthèse, les différentes phases de projets de recherche doivent être mieux agencés afin d’améliorer les connexions entre chercheurs et mieux partager les résultats de la recherche. De même, le dialogue entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée sera soutenu.

Concentrer

Le régime des aides à la recherche sera reconfiguré pour diminuer le nombre d’appel en incitant à la collaboration et à l’émergence de projets structurants.   

Une attention particulière sera portée au soutien  de plateformes d’innovation technologiques existantes telles que la protonthérapie ou la Reverse Metallurgy. L’intention est de favoriser l’émergence de  nouvelles plateformes de ce type.

Valoriser

De manière plus générale, le Gouvernement veillera au renforcement de l’impact économique des aides à la recherche à travers une attention soutenue à  la valorisation  industrielle.

Au cœur de la philosophie et du mode de fonctionnement des pôles de compétitivité wallons, la collaboration entre centres de recherche, universités et entreprises  sera dopée par un ensemble d’incitants financiers.

Les moyens budgétaires affectés à la recherche ont été largement revus à la hausse lors de l’ajustement budgétaire 2014 atteignant 288 million d’euros soit une hausse de 63 millions servant à financer des projets de recherche destinés au développement industriel de notre région. Aujourd’hui, le gouvernement a marqué son accord sur l’octroi de plusieurs aides à la recherche pour un montant total de 51millions d’Euros dans les secteurs stratégiques de l’Aéronautique et de la Santé dont bénéficieront Techspace Aero, Sonaca, UCB et IToptics qui participe à un programme associant entreprise et universités, URB Wise.

De plus, Le FNRS a reçu une enveloppe supplémentaire de plus de 5millions 400.000 euros pour financer le Fond de la Recherche à l’Industrie et à l’Agriculture (FRIA). Les universités ont également reçu une aide d’1 million 500.000 euros pour le programme Proof of concept visant à démontrer la viabilité des projets de recherche.

Enfin, pour 2015, 206 millions d’euros sont dédicacés à des projets de recherche en Wallonie. Ces moyens seront complétés par les fonds européens (Feder 2014-2020) dont l’enveloppe pour la période s’élève à plus de 500 millions d’euros.

Le Ministre de l’Economie et de la Recherche, Jean-Claude MARCOURT souligne que ‘La politique de la recherche et de l’innovation est déterminante dans la réussite de la politique industrielle menée en Wallonie.’

 

Close