Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet

@EONRealityInc Partners With Belgium’s #Walloon Region To Establish Interactive Digital Center In #Liège #Belgium https://t.co/TttPqwsYAl

Communiqué de presse

Recherche : accord sur l’avenir des pôles d’attraction interuniversitaires

Les Ministres de la Recherche, Jean-Claude MARCOURT et Philippe MUYTERS, ont conclu un accord sur l’avenir des pôles d’attraction d’interuniversitaires (PAI), ce programme de soutien à la collaboration interuniversitaire entre équipes d’excellence en recherche fondamentale des deux Communautés. Les nouveaux projets démarreront en janvier 2018 pour une durée de quatre ans.

Avant la 6e réforme de l’Etat, les pôles d’attraction interuniversitaires étaient un des derniers éléments de la politique scientifique qui était encore géré au niveau fédéral. Les pôles d’attraction interuniversitaires sont des réseaux de groupes de chercheurs qui collaborent sur un thème de la recherche fondamentale. A cet effet, ils perçoivent un financement annuel.

Les programmes en cours se terminant 30 septembre 2017 et la sixième réforme de l’Etat ayant décidé de la défédéralisation totale de la Recherche,  les PAI devaient être adaptés pour les nouveaux projets qui démarreront en janvier 2018.

Les Ministres MUYTERS et MARCOURT ont dès lors développé une vision commune pour l’avenir. Excellence, objectivité et transparence sont, plus encore qu’aujourd’hui, au centre du futur dispositif. Les projets de recherche seront évalués à la lumière de ces trois critères. Leur sélection se fera dans le cadre d’une procédure objective et transparente qui s’appuiera sur le principe du peer review international et bénéficiera de l’expertise conjointe du FNRS et FWO.

Le choix s‘est porté davantage sur un financement de projets que de réseaux parce que cela permet de mieux organiser une évaluation de qualité. Les projets se développerons sur une durée de quatre ans plutôt que cinq ans comme c’est le cas aujourd’hui. Une durée de quatre ans est courante pour les projets de recherche et facilite l’intégration des recherches doctorales. Les budgets ont été fixés au niveau fédéral dans la loi de financement. Cela signifie, pour la Flandre, un engagement de 17,7 millions d’Euros, à partir de 2018. En ce qui concerne la Communauté française, l’engagement est de 13,9 millions.  Ces budgets seront préservés par la suite.

Pour le Ministre MUYTERS: “Avec ce canal de financement, je veux m’inscrire dans la vision selon laquelle les avancées en matière de recherche ne connaissent pas de frontières et que la collaboration livrera de meilleurs résultats. Au nom du Gouvernement flamand, je souhaite que nos universités mettent l’accent sur l’excellence et sur une qualité exceptionnelle. Cet engagement ne peut être tenu qu’en objectivant et en rendant plus transparents les critères d’évaluation. Je suis satisfait d’avoir rapidement trouvé un accord avec mon collègue MARCOURT au sujet de cette vision. Dans les mois à venir nous allons, avec FWO et le FNRS, mettre au point les détails des procédures, de telle sorte que des programmes de recherche communs de haute qualité pourront rapidement démarrer à partir de 2018”.

Pour assurer la continuité du mécanisme, Elke SLEURS, La secrétaire d’Etat en charge de la Politique scientifique fédérale, précise que « La phase actuelle s’achève fin septembre 2017 mais d’ici là, le Gouvernement fédéral s’engage à prendre les mesures facilitant la transition afin que les équipes ne pâtissent pas de cet arrêt. C’est un nouveau programme qui démarrera à partir de 2018. »

De son côté, le Ministre MARCOURT tient à  souligner la collaboration positive  avec son homologue du Gouvernement flamand pour définir cette vision commune plaçant l’excellence au cœur des priorités du nouveau dispositif. « Je rappelle l’importance de ce dossier emblématique pour la communauté scientifique. J’ai toujours été déterminé à trouver une solution à la poursuite d’un programme qui permette à nos chercheurs de se hisser au niveau de l’excellence mondiale ». Et d’ajouter « j’ai toujours dit qu’il fallait voir la 6e réforme de l’Etat comme une opportunité et non comme une contrainte. Avec l’accord sur les PAI, nous montrons qu’il est possible de travailler ensemble, intelligemment, au bénéfice de tous. »

Close