Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet

Les travailleurs approuvent à 76% , lors de l’assemblée générale, le projet de reprise de @durobor soutenu par le… https://t.co/KXVs1Yjzwv

Communiqué de presse

Rencontre entre les doyens de médecine des universités francophones et le Ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude MARCOURT

Le Vice-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et Ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, a rencontré ce vendredi 7 novembre les doyens des facultés de médecine des universités francophones afin de tenter de répondre aux inquiétudes légitimes des étudiants qui, en raison du numerus clausus imposé par le fédéral, risquent demain de ne pouvoir exercer la médecine alors qu’ils sont dans leurs dernières années d’étude.

Plusieurs centaines d’étudiants francophones et néerlandophones sont concernés par cette situation inacceptable.

Le Ministre Marcourt et les 5 doyens ont évoqué la détresse des étudiants. Il n’est pas envisageable de laisser les étudiants concernés sans solution.

Les doyens et le Ministre, qui ont chacun entrepris des démarches auprès de la Ministre fédérale de la santé, Maggie De Block, sollicitent de la rencontrer en urgence afin de dégager des solutions structurelles qui devront à la fois prendre en compte la situation des étudiants mais également, à plus long terme, l’impact de ce numérus clausus sur la qualité de la formation et, in fine, sur la qualité des soins offerts à l’ensemble de la population.

Dans ce dossier sensible, le Ministre et les doyens demandent que les réalités objectives, parfois différentes d’une communautés à l’autre, soient prises en considération : vieillissement de la population, pénuries d’ores et déjà avérées, évolution de la charge de travail, pyramide des âges de la profession qui n’est pas la même en Flandre qu’en Fédération Wallonie-Bruxelles, présence importante d’étudiants français, etc. Autant d’éléments qui doivent permettre de dépassionner le débat et de dépasser les tensions communautaires que d’aucuns souhaiteraient aviver.

Le Ministre Marcourt a tenu à rappeler que la concertation et la coopération entre les entités fédérées et fédérales sont effectivement souhaitables. Il n’est pas correct d’opposer aux étudiants, qu’ils soient francophones ou néerlandophones,  la structure fédérale de notre pays pour se renvoyer les responsabilités. Des outils ont été créés par le gouvernement précédent, des accords avaient même déjà été engrangés ; il serait heureux qu’ils soient exploités pour répondre aux difficultés d’aujourd’hui.

Le Ministre a également répété qu’aucune étude n’avait jamais démontré de corrélation entre le nombre de médecins et le niveau de consommation médicale dans notre pays. Il souhaite rendre transparente la manière dont le contingentement des médecins est aujourd’hui organisé par le fédéral, en l’absence de tout cadastre des médecins encore actifs et de réflexion stratégique sur les besoins qui sont ceux de notre population.

Close