Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet

Les travailleurs approuvent à 76% , lors de l’assemblée générale, le projet de reprise de @durobor soutenu par le… https://t.co/KXVs1Yjzwv

Communiqué de presse

Une Commission en Fédération Wallonie-Bruxelles pour un islam moderne de Belgique

Ce mercredi 18 mars, le Vice-Président du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Ministre de l’Enseignement supérieur et des Médias, Jean-Claude MARCOURT, a procédé à l’installation de la Commission chargée de faire des propositions en vue de favoriser le développement et la reconnaissance d’un islam moderne en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pour rappel, en 2013, sous la précédence législature, le Ministre a commandité un rapport de faisabilité sur la création éventuelle d’un Institut public d’études de l’islam. Ce rapport propose différentes options pour le développement d’une offre de formation pour les cadres musulmans.

L’enjeu est fondamental : penser et renforcer le développement d’un islam moderne en Wallonie et à Bruxelles en phase avec les normes et valeurs de notre société : démocratie, tolérance, non-discrimination, égalité (notamment femme-homme), liberté (notamment d’expression), esprit critique, pluralisme, libre-examen.

Il est important aujourd’hui de formuler des propositions, en évitant toute ingérence dans le spirituel, qui visent à favoriser la formation des cadres musulmans dans leur ensemble : ministres du culte, professeurs de religion islamique, conseillers moraux dans les prisons, à l’armée, administrateurs de mosquées, mais aussi chercheurs, travailleurs sociaux ou culturels, éducateurs, etc.

La réflexion de la commission portera sur l’émergence d’un islam de Belgique. Il est essentiel pour notre vivre-ensemble d’accompagner les Musulmans de Belgique, majoritairement issus de la 2e ou 3e génération d’immigration, à dessiner un islam qui corresponde à la société dans laquelle ils vivent. Le travail des membres de la Commission visera ainsi à favoriser la reconnaissance de cet islam moderne afin qu’il ait toute sa place au sein de l’espace public, culturel et médiatique de Wallonie et de Bruxelles.

La Commission lancée ce jour sera libre d’aborder tous les sujets qu’elle juge utile dans le champ de compétence de la Fédération, sans s’interdire de toucher aux compétences d’autres niveaux de pouvoir. Elle devra, en tout cas, faire des propositions concrètes sur deux sujets plus particuliers :

  1. Est-il possible d’améliorer la formation des cadres musulmans en FWB, et si oui comment ?
  2. Est-il opportun que la communauté musulmane obtienne, à l’égal d’autres communautés convictionnelles, une « émission concédée », et si oui, comment y arriver ?

Les membres qui composent cette Commission sont issus de la société civile, professeurs, chercheurs, sociologues, philosophes, journalistes, etc. ainsi que de la communauté musulmane avec une représentation des principaux courants présents en Belgique (les membres de la Commission sont repris en  annexe).

La Commission sera présidée par :

–        Françoise TULKENS, Professeur émérite de l’UCL et Vice-Présidente honoraire de la Cour européenne des droits de l’homme ; Présidente de la Fondation Roi Baudouin.

–        Andrea REA, Professeur de sociologie à l’ULB, spécialiste des migrations, d’ethnicité et d’interculturalité, actuel Doyen de la Faculté des sciences sociales et politiques.

Les rapporteurs désignés sont :

–        Brigitte MARECHAL, Professeur de sociologie à l’UCL, Directrice du Centre Interdisciplinaire d’Etudes de l’Islam dans le Monde Contemporain (CISMOC-UCL).

–        Radouane ATTIYA, Chercheur post-doctorant en islamologie à l’ULG, collaborateur du CISMOC -UCL, professeur de religion islamique à l’Athénée de Liège 1.

« Je n’ai pas attendu les tragiques événements de Paris et de Copenhague pour prendre conscience de l’importance que constitue l’émergence d’un islam moderne, d’un islam d’Europe ou de Belgique, et pour m’y investir », a déclaré mardi le Ministre, en marge de la réunion informelle des Ministres de l’Education de l’Union européenne qui se tenait à Paris à l’initiative de la Ministre française de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Pour rappel, les ministres européens ont approuvé une « Déclaration sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination ».

Et le Ministre Marcourt de conclure : « Alors que sur la scène internationale, les tensions se font toujours plus vives, dans une logique de « choc des civilisations », je suis convaincu que la meilleure façon de réussir le vivre-ensemble est de faire confiance aux acteurs de la société, de stimuler la connaissance, le débat, le sens critique et la diffusion des idées ».

 

Close